Tourisme Argonne 14'18

A la une en Argonne -Meuse

By in A la une en Argonne -Meuse Commentaires fermés sur Les sorties d’octobre en Argonne – Meuse

Les sorties d’octobre en Argonne – Meuse

Découvrez toutes les sorties à faire en Argonne, en octobre, en famille ou entre amis dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre

A découvrir

  • L’association « Les Amis de Vauquois » feront visiter les souterrains allemands et français de la Butte de Vauquois le dimanche 1er octobre de 9h30 à 12h00 (dernier départ à 11h).
    En savoir + sur la Butte de Vauquois
  • Entrez dans le musée Romagne 14’18 et découvrez l’histoire de ces soldats cachés derrière chaque objet entreposé dans ce lieu du jeudi au lundi de 12h à 18h
    En savoir + sur le Musée Romagne 14’18
  • Découvrez par vous-même les sites américains de Montfaucon d’Argonne et de Romagne sous Montfaucon, témoins de la libération de l’Argonne par l’armée américaine à partir de septembre 1918
    En savoir + sur les sites américains

A noter dans votre agenda :

  • 15 octobre 2017 : Conférence « Sur les traces d’un poilu de la Grande Guerre » à 15h à la bibliothèque d’Aubréville proposée par Mikaël Embry
    En savoir + sur la conférence
  • 27 octobre 2017 : Conférence « Verdun 1917 : la lutte se poursuit de part et d’autre de la Meuse »  à 20h30 à la salle des fêtes d’Avocourt, proposée par Nicolas Czubak
    En savoir + sur la conférence

 

By in A la une en Argonne -Meuse Commentaires fermés sur Bons Plans à l’Office de Tourisme du Pays d’Argonne

Bons Plans à l’Office de Tourisme du Pays d’Argonne

Vous recherchez un livre complétant vos connaissances sur la 1ère Guerre Mondiale ? Venez à l’Office de Tourisme du Pays d’Argonne  à Clermont-en-Argonne où vous attendent quelques livres sur le sujet.

Actuellement nous vous proposons :

Les Godillots – tome 1 Le plateau du croquemitaine

Les Godillots

Les Godillots – Le plateau du croquemitaine

Pendant la Grande Guerre, une corvée du 435ème Régiment d’Infanterie disparaît alors qu’elle était chargée du ravitaillement de la tranchée B12. Pour la remplacer, le Capitaine Mougin désigne le Caporal Ambroise Palette et le Soldat Le Bourhis. Ensemble, ils devront faire la tambouille et l’amener aux soldats du front. A la nuit tombée, ils quittent leur roulante chargés de bidons, de boules de pains et du jus. Après un moment, ils décident de faire une courte pause dans les ruines d’une maison. Ils y rencontrent Bixente, un jeune garçon qui est à la recherche de son frère soldat, dont il n’a plus de nouvelles. Le petit groupe reprend ensuite sa route et ils traversent alors un plateau, où ils font la connaissance du « Croquemitaine », un allemand et de sa « Brigit ». En approchant du terme de leur mission, ils retrouvent la mule de la corvée précédente, piégée au fond d’un trou d’obus. A leur arrivée dans la tranchée B12, les soldats qui s’y trouvent se réjouissent de pouvoir enfin casser la croûte, même si la soupe est tiède.
Après avoir discuté avec leurs camarades, nos trois compères rejoignent l’arrière pour s’affairer à la roulante. Dans la nuit, Le Bourhis quitte à nouveau les cantonnements pour aller sortir la mule de son trou. Il est rejoint par un resquilleur de la tranchée B12, mais Bixente et Ambroise viendront secourir leur camarade et ensemble il déjoueront la sale combine.
Suivez les aventures des Godillots entre petits tracas à l’arrière et grande frayeur au front,mais toujours en faisant de la bonne tambouille, même si elle arrive souvent froide.

Les Godillots – tome 2 : L’oreille coupée

Les Godillots - L'oreille coupée

Les Godillots – L’oreille coupée

Le 435ème Régiment d’Infanterie a changé de front, il se défend désormais dans un secteur des montages de l’Est de la France. Nos Godillots, quant à eux, sont en train de faire le plein d’eau à deux pas d’une ancienne usine qui leur sert de cantonnement. C’est à ce moment qu’une compagnie franche débarque et qu’un des volontaires s’en prend à eux. Il perd un petit paquet, dans lequel le Caporal Palette découvre un appendice humain, qu’il présente au Capitaine Mougin lors de son rapport. L’officier est excédé par le comportement du soldat français qui a mutilé volontairement le corps d’un adversaire !
Après avoir froissé le Chef de Bataillon, il décide de laver l’honneur des armées françaises en rapportant lui même le colis à son propriétaire. Pendant la nuit, il quitte discrètement son poste de commandement, mais Palette qui se promène dans les environs remarque le manège et prévient ses camarades. Avec le Bourhis, ils partent à la recherche de l’officier et voilà nos deux compères en route pour une nouvelle aventure. Ils repèrent enfin le Capitaine alors qu’il se dirige vers les lignes ennemies, mais en tentant de l’arrêter, ils sont interceptés par les Allemands et conduit au Colonel commandant le secteur.
Le gradé allemand leur offre une repas et pendant que les deux officiers discutent de cette histoire d’oreille coupée, nos Godillots font connaissance avec le cuisinier du Colonel.
Ensemble ils parlent de cuisine. A la fin du repas l’officier germanique les remercie et les informe que son cuisinier va se charger de les ramener dans leurs positions.
De retour à l’usine, les trois hommes sont accueillis par un Chef de Bataillon très énervé qui leur promet le peloton d’exécution, mais c’était sans compter sur l’intervention de notre brave Bixente et du Clairon Ledru.
Une belle aventure, riche en rebondissement et en anecdotes croustillantes.

Les Godillots – tome 3 : Le vol du Goéland

Les Godillots - Le vol du Goéland

Les Godillots – Le vol du Goéland

Juillet 1918, un Général a réuni la presse à l’aérodrome de Tracy-sur-Marne pour leur annoncer le programme des festivités qui marqueront l’anniversaire de la victoire de la première bataille de la Marne en 1914. Nos Godillots doivent préparer le vin d’honneur . Pour l’occasion, un zinc piloté par le Capitaine d’Esterrat devra passé sous le premier étage de la Tour Eiffel avec comme passagère une célèbre chanteuse.
L’As est l’idole de Bixente, mais après une tentative de rencontre avortée, il décide de s’intéresser à son avion. Le mitrailleur de bord l’autorise à monter dans l’appareil. Mais à la suite d’une question mal venue, le pilote furieux quitte les journalistes pour prendre les commandes de son Goéland. Il décolle, en croyant avoir son co-équipier avec lui, pour aller taquiner les avions allemands. En arrivant au dessus de l’aérodrome ennemi, il s’aperçoit que c’est Bixente qui occupe le poste de son mitrailleur et décide de rebrousser chemin. Il est déjà trop tard. Deux zincs allemands les ont pris en chasse ! La mitrailleuse du Capitaine d’Esterrat n’est pas chargée et celle de queue ne peut pas être utilisée par Bixente. L’équipage va devoir improviser…
L’esprit inventif du jeune homme et la dextérité du pilote vont permettre au Goéland de semer un avion et d’abattre le second. Lors d’une acrobatie, le train d’atterrissage du zinc est arraché.Les deux aviateurs ne peuvent plus éviter le crash mais c’était sans compter sur l’ingéniosité du reste des Godillots restés avec les rampants.
Les Godillots n’avaient pas leur estomac dans les talons pour mettre au point des techniques aéronautiques inédites et résoudre des problèmes de rivalité fraternelle. Ils s’en sortiront sain et sauf, malgré la perte des petits-fours.